Espace adhérents

Identifiant Mot de passe

Négocier des bonus pour tous au lieu de laisser faire

Depuis une dizaine d’années, les bonus se développent dans la plupart des entreprises (Renault, Thalès, Dassault, Vinci, …), chez certaines via des accords, dans d’autres en catimini … comme chez Safran.

Depuis 2006, en dehors de tout accord ou négociation, Safran distribue aux cadres à partir de IIIBS des bonus allant jusqu’à 15 % de leur salaire annuel..


Le fait est que les bonus sont devenus un élément de la rémunération que les entreprises mettent en place pour d’une part compenser des NAO à 3 %, et d’autre part répondre aux attentes des nouvelles générations de salariés. La « génération Y » les approuve, c’est une évolution sociétale que la CFE-CGC ne peut ignorer.
 

Alors que faire :

  • les supprimer ?
  • faire l’autruche et laisser faire ?
  • les négocier et ne plus les limiter aux seuls cadres IIIBS ?

Puisqu’on ne peut pas empêcher l’entreprise de distribuer des bonus (depuis 2006 ça se saurait !), contraignons-là à en négocier des modalités d’application vertueuses.


Bien évidemment, la contractualisation des bonus devra se faire sans impact sur la politique salariale en termes de niveau d’augmentation (qui de toute façon est verrouillée à environ 3 % depuis 15 ans).


La contractualisation des bonus est une des voies pour faire sauter le bouchon des NAO à 3 %. Arrêtons de faire comme s’il n’existaient pas et négocions leur extension à d’autres catégories de personnel !